De Vung Tau à Nha Trang par la route côtière

Mon premier « long » voyage en moto fut celui de Vung Tau à Nha Trang, un voyage plein de contrastes en tous points, tantôt des routes désertes longeant la mer, tantôt des autoroutes en construction, tantôt des traversés de villes.

J’ai effectué ce voyage en deux étapes, dans un premier temps de Vung Tau à Phan Thiet avec une escale d’une nuit dans cette dernière ville, puis départ le lendemain matin en direction de Nha Trang.

De Vung Tau à Phan Thiet:

Ce sont quelques 170 kilomètres que j’ai choisi de faire sur des routes départementales qui longent la mer, des routes quasiment désertes de bonne qualité sans grosse circulation mis à part quelques motos et voitures que l’on croise de temps à autre. La première ville rencontrée est la ville chaotique de Long Hai, ville anarchique de pécheur, assez sale et dont l’odeur ne donne pas vraiment l’envie de s’y attarder. Cela tombe bien, c’est le début du voyage et l’on a pas de temps à perdre ici. Dès la sortie de cette ville, le paysage change, la mer se dévoile à perte de vue sur des plages immenses malheureusement déjà privatisées par de futures complexes hôtelier et ressorts en construction qui semblent avoir carrément acheté des kilomètres de plage… Un sentiment mitigé m’envahi… d’un côté j’ai ce dégoût que l’argent peut tout acheter et ainsi priver 99% des gens d’endroits superbes, d’un autre coté je me dis… « tant mieux, cet espace restera propre et non souillé par les détritus tels que peuvent l’être les espaces publics non nettoyés au Vietnam. La grosse majorité des Vietnamiens n’a rien a faire de la propreté et de l’écologie, même avec une poubelle à 10 mètres ils laisseront tous leurs déchets sur place…

La route continue ainsi parfois interrompue par la traversée d’un village, parfois l’on ralentie à cause de quelques vaches en liberté sur la routes, parfois à cause de gens qui occupent une partie de la route pour faire sécher légumes, herbes, poissons ou autres crevettes (le bitume en plein soleil devient brûlant) mais après tout nous sommes au Vietnam et rien n’est impossible. Les résorts de luxe se succèdent avec leurs clôtures et leurs jardins qui s’entendent sur des kilomètres chacun, puis vient au loin un immense hotel, c’est le grand Ho Tram Strip, un complexe touristique immense comprenant Hotel de luxe, grand casino, terrain de golf, minis bungalows, bref la démesure dans toute sa splendeur !

plages, Ho Tram, Vietnam

On poursuit notre route à présent bordée d’un côté par la réserve naturelle de Bình Châu – Phước Bửu et de l’autre coté la mer, la plage et ses résorts parsemés tout le long de la cote. Une fois la réserve dépassée on arrive rapidement dans la ville de Binh Chau et ses célèbres sources d’eau chaude (que je compte visiter prochainement). Contrairement à l’autoroute qui passe plus l’intérieur des terres, cette route nationale côtière reste très agréable à pratiquer. La traversé de la ville de La Gi nous indique que nous avons déjà effectué une centaine de kilomètres. Une petite pause de 15-20 minutes ne fait de mal a personne, juste le temps de s’allonger dans un hamac en bord de route et de boire quelque chose et c’est reparti !

Les 70 kilomètres restant seront tous aussi agréable, de La Gi à Ke Ga on roule sur une route un peu en retrait de la mer à travers des plantations de cactus produisant les fameux fruits du dragon, pour une production accrue, ces productions sont éclairées la nuit ! C’est dans cette région qu’ils sont les meilleurs parait il ! Une fois arrivé à Ké Ga on peut s’arrêter prendre un petit repas dans un restaurant en bord de mer, le mari est pécheur, la femme tien un petit restaurant/bar, c’est ainsi que j’ai mangé un des meilleurs poissons (le Pampus argenteus ici appelé « ca chim ») grillé de ma vie, une cuisine simple mais délicieuse avec une vue magnifique sur la mer… bref c’est pour ce genre de moment paradisiaque que j’adore voyager ! A Ké Ga il y a aussi le fameux phare ! peu intéressant à voir en plein cagnard de midi mais parait il somptueu au crépuscule, il se visite à l’aide de petit bateau rond en osier ou en résine, typique du Vietnam.

Nous voilà repartis pour une dernière ligne droite (quasiment droite) très agréable longeant la mer bordée de sapins et autres arbres locaux qui sont parfaitement adaptés pour pousser dans le sable. Ici encore quelques résorts se sont construits mais ici tout est à taille humaine et selon moi avec beaucoup plus de charme.

Près de 4h plus tard, nous arrivons enfin dans la ville côtière de Phan Thiet ! Le temps de trouver un petit hôtel, s’installer dans la chambre et ressortir pour visiter un peu et duguster quelques localités.

De Phan Thiet à Nha Trang:

Le lendemain matin après une bonne nuit de sommeil, c’est repartie pour la dernière partie de ce voyage. La plus longue et certainement la plus ennuyeuse au moment où j’ai effectué ce voyage (en 2014).

Les premiers 60 kilomètres sont assez faciles à parcourir et agréables, on longe la mer jusqu’au village de Mui Né,  puis l’on traverse le « désert » de terre rouge très caractéristique de cette région.

aride, terre rouge, Phan Thiet

un endroit très aride fait de sable blanc et de terre rouge pourtant traversé par une oasis de verdure ! nous sommes à présent rentrés dans les terres et la fraîcheur de l’aire marin à disparu pour laisser place à un aire brûlant et sec. Arrive le moment ou nous rejoignons la fameuse Asian Highway 1 (AH1) qui traverse notamment le Vietnam du nord au sud (mais ce n’est qu’une minuscule partie de cette autoroute de plus de 20000km). Comme vous vous en doutez le cauchemar commence ici puisque nous allons suivre cette autoroute jusqu’à Nha Trang soit environ 200km. malgré la traversé de Phan Rang qui semble être une très jolie ville, la traversé de rizière et la vue des montagnes au loin, rien n’y fait, cette route reste horrible pour un deux roues. Poussiéreuse, polluée, chaude et dangereuse à cause des camions, de la circulation sur une voie pour cause de travaux, des portions de dizaine de kilomètres ou l’on roule sur du gravier… sans parler du bruit… Heureusement j’ai depuis trouvé une alternative à une bonne partie de cette partie du voyage entre Phan Thiet et Nha Trang où l’on passe du cauchemar au rêve ! mais cela sera pour un très prochain billet sur BlogoVietnam 😉

L’arriver dans la ville de Cam Ranh me soulage : je sais que notre destination finale n’est plus très loin !

Finalement après près de 4h de route pour faire 200km à 50km par heure de moyenne, c’est fatigués que nous arrivons à Nha Trang.

Avis personnel sur ce voyage à moto de Vung Tau à Nha Trang:

Je suis ravi de ce premier voyage en moto ! ce périple de 400 km me confirme que la moto (125cc ou plus) est un moyen de transport génial pour voyager dans ce pays (pour peu que la route soit bonne). Elle permet une liberté essentielle que les autres moyens de transport n’offrent pas, d’autre part les routes secondaires permettent de voir des paysages superbes et de découvrir un Vietnam toujours plus authentiques que lorsque l’on suit une autoroute : S’arrêter en plein milieu de nulle part car une dizaine de vaches se reposent sur la route, faire 20 kilomètres dans le sable de Mui Né parcequ’on s’est trompé de route, avoir peur de la panne d’essence en plein milieu de nulle part, s’arrêter manger une soupe au bord de la route dans un restaurant qui n’a jamais vu un étranger et faire la sieste dans un hamac en sirotant un jus de canne, cela n’a pas de prix !

Note: Il est possible que les travaux  et les autoroutes désastreuses que j’ai parcourue en 2014 ne soient plus qu’un mauvais souvenir, je l’espère d’ailleurs ! je vous tiendrais au courant si j’ai de nouvelles informations à ce sujet.

Merci de votre visite sur BlogOVietnam et a très vite pour une autre balade vietnamienne !

 

Laisser un commentaire

logo, sylvain bui

Inscrivez vous à la newsletter

La newsletter vous permet de recevoir un mail dès qu'il y a du nouveau sur le blog ! 

Votre inscription à bien été enregistrée !

Share This

Partage

Si ca vous a plu, partagez !